10 raisons rassurantes de la contraception intra-utérine

0 92

10 raisons rassurantes de la contraception intra-utérine

Les interruptions volontaires de grossesse restent stables mais existent toujours alors que les moyens de contraception se sont perfectionnés. Il s’agit surtout d’une méconnaissance des moyens existants. Tous les professionnels de la santé ont donc un rôle primordial à jouer au niveau de l’information afin d’expliquer les performances et surtout de faire tomber les freins et réticences qui se maintiennent concernant l’utilisation d’une contraception intra-utérine (CIU).

1. Le système intra-utérin est efficace

Il s’agit d’une méthode contraceptive efficace. L’indice de Pearl (qui correspond au nombre de grossesses pour 100 femmes après 12 mois d’utilisation) est de 0,1 pour le système hormonal contre 0,3 pour la pilule estro-progestative en cas d’un usage correct et 8,0 en cas d’usage incorrect (oublis de pilules,…). Le système hormonal est efficace dès son insertion et pour une longue durée (jusqu’à 5 ans maximum pour le Mirena et 3 ans pour le Jaydess). Il permet surtout de ne plus devoir penser en permanence à sa contraception et donc de limiter le risque d’oubli.

2. Le risque d’infertilité n’est pas augmenté lors de l’utilisation d’un système hormonal intra-utérin

La croyance que la CIU est à l’origine d’infections responsables d’infertilité vient du fait qu’il y a 30 ans, le Dalkon Shield provoquait  de nombreuses infection, parfois mortelles. Il était fabriqué avec des fils à brins multiples qui favorisaient la remontée des germes du vagin vers les trompes. Ce n’est donc pas la présence du sytème qui est responsable de l’infertilité mais bien l’existence préalable d’une infection non traitée. Selon la littérature, le système hormonal, contrairement au stérilet au cuivre, aurait même un rôle protecteur contre les infections pelviennes.

3. Les effets secondaires sont légers et transitoires

Comme pour tout autre type de contraception, des événements indésirables peuvent apparaître. La plupart du temps, ils sont légers et transitoires. Il peut s’agir de maux de tête, de douleur dans le bas du ventre, du mal au dos, de problèmes de peau, d’un écoulement vaginal, d’une sensibilité des seins, de dépression et sautes d’humeur, de nausées ou de rétention d’eau. Et pour répondre à une question souvent, il n’y a pas de prises de poids avec le système intra-utérin.

4. La CIU permet de ne plus devoir penser à sa contraception

Une fois la contraception intra-utérine en place, la jeune femme ne doit plus se soucier de devoir y penser tous les jours, toutes les semaines ou tous les mois. Elle peut donc en toute quiétude se consacrer à ses études, ses loisirs, ses voyages, ses examens, son partenaire ou son travail.

5. Le phénomène d’expulsion est peu fréquent

Cela peut arriver mais si le sytème est correctement inséré, le phénomène est peu fréquent (de l’ordre de 5%). La littérature scientifique existante à ce sujet relate un risque comparable chez la femme qui a déjà eu des enfants ou celle qui n’en a pas encore eu. Le gynécologue va réaliser une échographie de contrôle afin de s’assurer de la bonne position du système hormonal intra-utérin.

6. Le profil de saignement est très bon

Avec le système hormonal intra-utérin, les règles sont généralement plus courtes et moins abondantes. Dans les semaines qui suivent le placement, du spotting peut éventuellement survenir mais il diminue fortement dans les 3 à 6 mois qui suivent le placement. 20 à 60% des femmes avec un système hormonal (de type ‘à 5 ans’) sont même en aménorrhée.

7. Le placement n’est pas douloureux

L’insertion d’un système intra-utérin ne dure que quelques minutes lors d’un examen gynécologique classique. Elle est généralement simple et indolore chez la plupart des femmes, y compris chez celles qui n’ont pas encore eu d’enfants. Une préparation du col sera, le cas échéant, également réalisée par le gynécologue pour limiter les douleurs éventuelles.

8. La fertilité n’est pas modifiée après le retrait d’un système hormonal intra-utérin

Dès le retrait du système par le gynécologue, la fertilité de la femme est restaurée et elle peut donc devenir enceinte si elle le désire.

9. Faible imprégnation hormonale

Le système hormonal intra-utérin ne contient pas d’oestrogène mais seulement un progestatif, le lévonorgestrel. De plus, l’exposition systémique au progestatif est minime car la dose libérée quotidiennement est très faible et l’effet essentiellement local.

10. La contraception intra-utérine est financièrement très avantageuse

Comparée à d’autres méthodes hormonales de contraception, elle doit être effectivement payée en une fois mais est très vite rentabilisée (après deux ans). Elle ne coûte que 2,5 euro à 4 euro par mois pour les modèles ‘à 5 ans’ ou ‘à 3 ans’ respectivement, voire gratuite à 1,1 euro par mois pour les moins de 21 ans.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.