Vitamine D et Sportifs

0 84

Vitamine D et Sportifs

Chaque sportif, débutant ou de haut niveau, doit pouvoir établir, parallèlement à sa préparation physique, une stratégie nutritionnelle afin de l’accompagner dans sa performance en période d’entraînement ou de compétition, d’aider à la résistance à l’effort, au maintien des articulations et des muscles, mais également de soutenir la récupération.

Quelle est la place des compléments nutritionnels dans cette stratégie?

Chez le sportif, les compléments antioxydants ont bonne presse et sont probablement les plus fréquemment consommés en dehors de toute réelle indication. Cela peut avoir un impact négatif sur leur performance. A contrario, la vitamine D, souvent méconnue, est certainement celle qui leur fait le plus fréquemment défaut.

L’académie de nutrition et diététique américaine, les diététiciens du Canada et la société américaine de médecine du sport ont pris position sur les grands axes de prise en charge nutritionnelle des sportifs.

vitamine d et sportifs

Antioxydants: avant tout viser une alimentation variée et colorée

Les antioxydants (principalement vitamines C, A et E, sélénium et zinc) jouent un rôle important dans la protection des cellules membranaires par rapport aux dommages oxydatifs.

La stratégie nutritionnelle la plus efficace et la plus sûre pour couvrir son besoin en antioxydants est la consommation d’une alimentation équilibrée contant des aliments riches en antioxydants.

La littérature scientifique actuelle ne permet pas de soutenir l’intérêt d’une supplémentation en antioxydants pour réduire le stress oxydatif lié à l’effort.

Les compléments alimentaires d’antioxydants ne sont indiqués qu’en cas de déficit ou de carence avérée.

La consommation de compléments alimentaires antioxydants pourrait même avoir un effet négatif en diminuant la réponse adaptive de l’organisme à l’effort.

Ce paradoxe est généralement méconnu des sportifs. Les radicaux libres, pro-oxydants dont la production est augmentée pendant l’exercice, joueraient, en fait, un rôle dans la stimulation de l’adaptation à l’entraînement.

 

Prendre de la vitamine D

vitamine d et sportifs de haut niveauL’implication de la vitamine D dans le métabolisme osseux est bien connue. Mais un nombre croissant de publications suggère que la vitamine D intervient dans la fonction neuromusculaire, la taille des fibres musculaire de type II, le risque de blessure et de fracture en particulier, ainsi que les affections respiratoires.

Les athlètes qui vivent au nord du 35ème parallèle ou qui s’entraînent principalement en salle sont à risque d’insuffisance en vitamine D(25(OH)D = 20 à 30 ng/ml) ou de déficience (25(OH)D < 20ng/ml).

Une concentration de vitamine D comprise entre 32 ng/ml et 50 ng/ml semble être la zone qui permette une adaptation optimale à l’entraînement.

 

Fer, surveiller chez les femmes

fer nutritionIl convient de surveiller le statut en fer des femmes. En effet, les besoins en fer d’une femme sportive de haut niveau peuvent être accrus de 70% par rapport au besoin moyen. Les athlètes qui sont le plus à risque de déficit ou de carence en fer sont les coureurs de fond et les athlètes végétariens.

Vitamine D, mais à quelle dose? 8 Belges sur 10 manquent de vitamine D. Pour arriver à ce que 97,5% de la population générale présente des taux de vitamine D d’au moins 20 ng/ml, il est suggéré de conseiller aux patients des suppléments de vitamine D aux dosages adaptés, 400 unités/jour pour les enfants dès la naissance, 600 unités/jour pour les adolescent(e)s et les adultes, 800 unités/jour pour les femmes enceintes et les personnes âgées.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.